Dehors le genre / lundi 22 mars 18h15-20h00

Inscription

Sur l’ensemble des formations proposées à propos de l’école dehors, dans les HEP ou ailleurs, le public enseignant est très majoritairement féminin. C’est également le cas lors d’événements ou dans les réseaux. La pratique de l’école dehors serait-elle donc réservée aux femmes ? Est-ce une cause ou au contraire une conséquence du relatif cantonnement de cette approche pédagogique au niveau primaire ? Quant aux élèves, plusieurs étude relèvent que l’usage de l’espace diffère assez largement entre les garçons, qui occupent presque tout le terrain, alors que les filles n’ont pas plus de place dehors. Une lecture de nos pratiques par le prisme du genre interroge cette donnée. Elle se demande en particulier si la dimension de « care », de soin, qui est prégnante dans l’outdoor education ne naturalise pas certains rapports genrés à l’environnement, et, si c’est le cas, comment agir?